Auto

Passer à l’électrique : une alternative pas si simple pour les entreprises !

Les combats pour la protection de l’environnement contre les réchauffements climatiques se sont intensifiés depuis quelques années. Dans bon nombre de pays comme la France, des normes et réglementations étatiques sont mises en œuvre pour contraindre les citoyens et les entreprises à l’écoresponsabilité. Et ce, notamment en promouvant l’écomobilité. Dans le cadre des entreprises disposant de flottes de véhicules ordinaires, des mesures législatives ont été prises pour les obliger à effectuer graduellement une transition écologique, notamment en introduisant des véhicules électriques ou hybrides rechargeables dans leurs flottes. Mais pour les entreprises, ce passage des moteurs diesels à l’électrique n’est pas une alternative simple. Découvrez dans cet article pourquoi les entreprises doivent absolument passer à l’électrique.

Pourquoi passer sa flotte de véhicules d’entreprise à l’électrique ?

Les flottes de véhicules ont été pendant longtemps des moyens très importants pour faciliter la mobilité des cadres et certains membres du personnel des entreprises. Régulièrement, les flottes de véhicules d’entreprise sont renouvelées afin que le parking des entreprises soit toujours optimisé, performant et surtout dans les normes.

Ces dernières années, la problématique des réchauffements climatiques a impacté presque tous les secteurs de la vie courante. La transition écologique devient une nécessité pour protéger et garantir la survie des espèces terrestres. L’industrie des automobiles s’est vue dès lors confier de nouvelles responsabilités : la fabrication des véhicules produisant moins ou ne produisant pas du tout du carbone et n’émettant aucune autre matière dégradable pour l’environnement. Ainsi, depuis quelques années, les géants du secteur de l’automobile ont rejoint la tendance en créant :

  • des véhicules hybrides rechargeables ;
  • des véhicules électriques.

L’accord de Paris en 2015 réunissant les membres de la Conférence des Parties (COP) a fait de la neutralité carbone son objectif principal. Ce qui exige une transition écologique dans le secteur des transports. En effet, les flottes d’entreprise comme les véhicules de particuliers ou de transport en commun sont dans leur grande majorité des véhicules thermiques. Leurs alimentations sont intrinsèquement liées à la consommation de carburants, lesquels sont extraits des sous-sols et raffinés dans de grandes usines émettant des gaz à effet de serre. Aussi, ces véhicules émettent-ils dans leurs échappements du carbone et parfois d’autres matières nuisibles à l’atmosphère. Les moteurs diesel contribuent à une pollution sonore grâce à leur grand bruit.

Ainsi, pour l’atteinte de la neutralité carbone, une transition s’impose. En France, la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) prévoit la suppression de la mise en circulation des véhicules thermiques et hybrides en 2040. Pour toute entreprise qui se projette dans le futur, le passage de sa flotte de véhicules à l’électrique devient une priorité. Même si le verdissement progressif des flottes de véhicules d’entreprise ne concerne pour le moment que les entreprises dont le parking comporte au moins 100 véhicules, vous avez plusieurs raisons de passer à l’électrique. Entre autres, vous avez :

Les avantages fiscaux

L’État français à l’instar de plusieurs autres pays occidentaux fait la promotion de l’écomobilité. Il encourage aussi bien les particuliers que les entreprises à travers divers programmes, fonds d’aide et politiques de défiscalisation à passer la transition des véhicules thermiques à ceux qui sont électriques. Ainsi, si vous êtes une entreprise disposant d’une flotte de véhicule, le passage à l’électrique vous fera bénéficier des avantages fiscaux. En effet, les entreprises de véhicules électriques bénéficient d’une exonération de la Taxe sur les Véhicules de Société (TVS). Ce qui vous fera réaliser d’importantes économies que vous auriez dû verser à l’État comme TVS. Si votre entreprise est soumise à l’impôt des revenus au régime réel ou à l’impôt sur les sociétés, vous pouvez bénéficier d’un sur amortissement fiscal de 40 % de la valeur des véhicules électriques si vous en disposez dans votre flotte. Depuis le 1er janvier 2020, et ce, jusqu’au 31 décembre 2022, chaque véhicule électrique qu’une entreprise met à la disposition d’un employé est éligible à un abattement de 50 %. Lequel abattement est plafonné à 1 800 € l’an pour calculer l’avantage en nature.

Les primes et bonus

En passant la flotte de votre entreprise à l’électrique, il existe divers fonds qui pourraient vous être attribués en guise de bonus ou de prime. Par exemple, depuis le 1er juin 2020, il est attribué une dotation en guise de bonus écologique dont le montant s’élève à 6 000 €. Vous pouvez en profiter au sein de votre entreprise si vous passez à l’électrique. Vous pouvez également bénéficier de la prime de conversion qui est comprise entre 2 500 € et 5 000 € si vous dotez votre flotte de véhicules à l’électrique.

La protection de l’environnement

Les véhicules électriques sont équipés de batteries rechargeables qui stockent l’énergie électrique pour ensuite l’utiliser pour alimenter le moteur ainsi que les différents appareils électrogènes du véhicule. Ils ne consomment donc pas du carburant et n’émettent pas des gaz à effet de serre susceptibles de porter préjudice à la couche d’ozone. Ainsi, en optant pour le passage à l’électrique de la flotte de véhicules de votre entreprise à l’électrique, vous contribuez à la protection de l’environnement, car, votre entreprise s’est engagée dans l’écomobilité.

La suppression de la taxe sur la carte grise dans certaines régions

Si votre entreprise a son siège social dans certaines régions de la France, vous ne verserez pas la taxe sur la carte grise si le véhicule auquel la carte appartient est électrique. Ainsi, si une bonne partie de la flotte de véhicules de votre entreprise est passée à l’électrique, vous n’aurez donc pas à payer dans certaines régions les taxes sur la carte grise.

L’informatisation de la flotte de véhicules de votre entreprise

En effet, les véhicules électriques sont de la dernière génération des high-tech. Ces derniers sont équipés de géolocalisateurs et autres équipements pour suivre depuis le bureau l’usage que font les employés des véhicules. Avec les véhicules électriques dans votre flotte d’entreprise, vous n’aurez aucune difficulté à identifier les différents responsables impliqués dans une infraction routière avec vos véhicules. Vous trouverez des informations sur comment suivre les véhicules de votre flotte d’entreprise en cliquant sur le site suivideflotte.net.

L’économie en matière de consommation en carburant

Les dépenses annuelles en carburant pour l’alimentation des flottes de véhicules d’entreprise sont très colossales. En optant pour le passage à l’électrique, vous n’aurez plus à dépenser en carburant pour alimenter votre flotte. Vous n’avez besoin que de l’électricité pour recharger vos véhicules. Une énergie qui est à votre portée de main. Contrairement au carburant dont vous ne pouvez disposer d’une réserve permanente chez vous, chacun de vos salariés dispose d’électricité et pourra recharger son véhicule de service lui-même. Passer à l’électrique vous fait donc des économies.

Pourquoi le passage à l’électrique n’est-il pas une alternative facile pour les entreprises ?

Le verdissement des flottes n’est pas toujours une alternative facile pour un grand nombre d’entreprises. Et cela notamment à cause de nombreuses raisons toutes d’ordres variés. Entre autres raisons, vous avez :

Les vieilles habitudes devenues coutumes

L’une des raisons pour lesquelles les entreprises ont du mal à passer leurs flottes de véhicules à l’électrique est l’habitude. En effet, les entreprises dans leurs globalités sont déjà habituées à l’acquisition des véhicules thermiques pour le renouvellement de leurs flottes. Il leur est un peu difficile de se démarquer de cette habitude. Mais grâce aux différentes politiques mises en œuvre pour inciter à l’écomobilité, elles s’adaptent peu à peu à la nouvelle tendance.

Le coût un peu élevé des véhicules électriques

Le coût des véhicules électriques revient un peu cher aux entreprises comparativement au coût des véhicules thermiques. En effet, les différents modèles des véhicules électriques ne sont pas toujours abordables pour le commun des citoyens. D’ailleurs, les institutions bancaires et certaines structures étatiques accompagnent les personnes désirant acquérir ces véhicules électriques en leur accordant des prêts et parfois des dotations. Pour les entreprises, le renouvellement d’une flotte d’entreprise regroupe souvent plusieurs véhicules. Ce qui nécessite parfois un budget conséquent pour que celles-ci passent leurs flottes à l’électrique.

La non-disponibilité en quantité des bornes de recharge pour les véhicules électriques dans certaines régions

Les bornes de recharge sont en partie la pièce maîtresse pour l’autonomisation en énergie du véhicule électrique. En France, et dans d’autres pays occidentaux d’ailleurs, les bornes de recharge publiques ne sont pas encore répandues comme les stations à essence. Ainsi, les bornes de recharge publiques qui sont installées sont prises d’assaut par plusieurs utilisateurs de véhicules électriques. Ce qui crée de longues files d’attente sur les points de recharge. L’option de l’acquisition des bornes de recharge privées pour les flottes d’entreprise est également coûteuse.

Quels sont les quotas de véhicules électriques dans les flottes de véhicules d’entreprise prévus par les règlements ?

En France, le verdissement des flottes de véhicules d’entreprise est planifié pour englober d’ici à l’horizon 2040 l’ensemble des flottes. Ainsi, les entreprises disposant de flotte de plus de 100 véhicules dans leurs flottes doivent progressivement intégrer un quota de véhicules électriques ou hybrides à chaque renouvellement de leurs flottes.

Pour le renouvellement des flottes des entreprises concernées, elles doivent changer 10 % des véhicules thermiques avec des véhicules électriques ou hybrides rechargeables depuis le 1er janvier 2022. Dès le 1er janvier 2024, ce quota passera à 20 %, à 37 % dès le 1er janvier 2027 et à 50 % à partir du 1er janvier 2030.

Montre plus

Articles Liés